Apprentis d'Auteuil

Des béninois en chantier à la Maison d’Enfants de Quillan (11)

Maison d'enfants de Quillan Apprentis d'Auteuil

Maison d’enfants de Quillan Apprentis d’Auteuil

C’est une première à Apprentis d’Auteuil : une action éducative de solidarité internationale en France !

Réciprocité
6 béninoises, âgées de 15 à 18 ans et leurs éducateurs participent à un chantier au profit de la Maison d’Enfants de l’Ange gardien dans l’Aude (11).  Après les chantiers 2013 et 2014 à Porto Novo (sud du Bénin) au sein de l’ASFED, association pour la scolarisation des jeunes filles en difficulté, c’est au tour des béninois de rendre service en France avec ce séjour de trois semaines.

« C’est important d’inscrire un partenariat dans la durée, explique Manuel Vélicitat le directeur, une relation de confiance s’est tissée entre nos deux équipes. Le partenariat n’a de sens que s’il s’inscrit dans une forme concrète de réciprocité »

Cohésion
La délégation béninoise est arrivée à Paris le 9 juillet. Elle a été accueillie par 6 jeunes de la Maison d’Enfants et leurs éducateurs. Après trois jours de cohésion et de tourisme dans la capitale, dont une visite au siège d’Apprentis d’Auteuil et une rencontre avec Nicolas Truelle, le nouveau Directeur Général, les jeunes se sont acclimatés et apprivoisés. En inversant les rôles, les jeunes apprennent aussi ce que veut dire accueillir.

Fresque , photos et vidéo
Maintenant à Quillan, le chantier consiste à rénover la cour intérieure de la Maison d’Enfants : réaliser une fresque murale de 15 mètres, une terrasse en bois et divers aménagements. Un atelier photos est également prévu afin de préparer une exposition itinérante. Les jeunes participeront activement à la réalisation d’un documentaire de 52 minutes sous la houlette de Guillaume Favreau, qui suit les chantiers internationaux d’Apprentis d’Auteuil depuis 10 ans.

Chantier de solidarité Maison d'enfants de Quillan Apprentis d'Auteuil

Chantier de solidarité Maison d’enfants de Quillan Apprentis d’Auteuil

« Ce projet a créé une véritable dynamique collective, que ce soit par le bénévolat, pour la recherche de fonds ou la transmission des expériences passées, mêlant jeunes, anciens et salariés », précise Manuel Velicitat. Un projet artistique financé notamment par la fondation Foujita.

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire - tous les commentaires sont sujets à modérations.